#Breuvages #LaUne #tendances

Le Kopi Luwak : Un café très « spécial »

IMG_0186

Le Kopi Luwak, ou café de civette indonésienne, qu’est-ce donc ? Découvrez ce procédé centenaire dans ce billet

Ah, l’Indonésie … ses plages de sable blanc, ses cocotiers et ses volcans. Chaque année, tandis que nous sommes nombreux à rêver d’évasion, des milliers de touristes s’envolent pour la célèbre île de Bali, que ce soit pour se relaxer à Ubud la thermale ou pour surfer sur les plages animées de Kuta.

Si vous avez la chance de faire partie de cette joyeuse cohorte ou si vous planifiez de vous y rendre un jour, vous aurez peut-être l’occasion d’y savourer un café « Kopi Luwak », voire même d’en ramener à vos proches. C’est que ce café – un des plus rares et des plus chers au monde – ne se récolte qu’en Indonésie, ce qui en fait une véritable attraction locale. Mais quel est donc le secret qui se cache derrière ce précieux grain ?

Kopi Luwak 1 Le Kopi Luwak : Un café très « spécial »Pour en percer les mystères, il faut revenir à l’époque coloniale, lorsque les Pays-Bas administraient le territoire. Alors sous la houlette néerlandaise, l’entièreté de la production de café est réservée à l’exportation, tandis que les Indonésiens qui travaillent à sa récolte se voient priver du droit d’en consommer.

Qu’à cela ne tienne. Par un curieux hasard, ceux-ci se rendent compte que le Luwak, une civette asiatique, se nourrit des grains de café, qu’il ingère, mais qu’il ne digère qu’à peine. Mieux encore, ils découvrent que les enzymes du Luwak confèrent aux grains de café un goût unique, qui fera bientôt sa renommée internationale.

Kopi Luwak 2 Le Kopi Luwak : Un café très « spécial »Résultat, en Indonésie, il suffit de se pencher pour récolter ce café qui ne pousse pas sur les arbres, un joli pied de nez aux exploitants coloniaux de l’époque, quant on sait qu’une livre de café Kopi Luwak se négocie entre 100 et 600 USD.

Revers de la médaille, de nombreuses civettes – véritables poules aux œufs d’or dans la région – sont désormais maintenues captives et nourries à grand renfort de grains de cafés en attendant que la magie s’opère.

Avis aux amateurs, vous voici prévenus.

Vous aimerez également

Pas de commentaires

Poster un commentaire