#Breuvages #LaUne

La route du whisky – chapitre 2 // Islay

Laphroaig

Battue par les vents, l’île d’Islay se dresse seule, face à l’Océan. Isolée, elle offre un paysage sans intermédiaire, à l’image des whiskys qui y sont distillés. Ici, la montagne s’arrête où commence la mer, dont les flots violents cognent inlassablement les récifs qui bordent les côtes de l’île. On accède à Islay en bateau. L’air que l’on y respire est iodé le jour et tourbé la nuit. C’est que sur cette terre brûlée par les éléments où aucun arbre ne pousse, la tourbe a longtemps constitué la seule alternative au bois de chauffage.

islay 1 La route du whisky - chapitre 2 // IslayMélange d’eau et de feu, les whiskys d’Islay se singularisent par leur caractère salin, qu’ils doivent à l’océan, omniprésent, ainsi qu’à une charpente puissamment fumée. Contrairement à la plupart des distilleries traditionnelles, le malt humidifié, une fois germé, est séché à la tourbe par enfumage, ce qui confère par la suite des arômes de phénol et caoutchouc brûlé au distillat.

Au plus le séchage à la tourbe est long, au plus son indice phénolique PPM (Parts Per Million) est élevé. Sur l’île, seules les distilleries de Laphroaig, Bowmore et Kilkomanch possèdent leur propre fumoir à malt, tandis que les autres s’approvisionnent à Port Ellen.

Islay 2 La route du whisky - chapitre 2 // Islay

Si le processus n’est pas exclusif aux distilleries d’Islay, celles-ci remportent néanmoins haut la main la palme de champion dans cette catégorie. A fortioti, ce sont les distilleries d’Ardbeg (54 ppm), Laphroaig (40 ppm) et Lagavulin qui proposent les whiskys les plus tourbés, bien que celle de Bruichladdich ait tout spécialement développé l’Octomore 06.1 (167 PPM) afin de pouvoir se targuer de produire le whiskey plus tourbé au monde (… marketing, quand tu nous tiens).

islay 3 La route du whisky - chapitre 2 // IslayMalgré ses airs de bout du monde et une population régulière qui dépasse à peine les 3.000 âmes, l’île d’Islay est aussi le théâtre d’affrontements économiques au sommet.

Depuis une vingtaine d’années, la globalisation de l’économie et l’engouement pour le whisky ont fait de l’île une cible de choix des grands groupes mondialisés.

Véritable catalogue à ciel ouvert, on retrouve sur l’île tous les grands noms : Diageo (Lagavulin et Caol Ila), LVMH (Ardbeg), Rémy Cointreau (Bruichladdich), Beam Suntory (Bowmore, Laphroaig) ou encore Distell (Bunnahabhian). Ensemble, ils ne rassemblent pas moins de sept des huit distilleries encore actives sur Islay.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, contrairement au vin, la qualité d’un whisky n’est que peu dépendante de son rendement de production, les céréales sevrant à sa production étant généralement importés de l’étranger (ouf !). Riches et de caractères, les whiskys d’Islay demeurent un must, quoique parfois trop typé pour les palais plus récalcitrants. parmi les grandes maisons de l’île, notre coeur se tourne irrésistiblement vers les whiskys de Lagavulin, Caol Ila et Laphroaig, dont les produits d’entrée atteignent déjà une qualité exceptionnelle.

Aujourd’hui, seule la jeune distillerie de Kilkomanch résiste encore à l’envahisseur globalisé et propose un whisky indépendant. Rien que pour ça, on se devait de la mentionner, mais surtout, celle-ci n’a rien à envier à ses plus célèbres voisins. Machir Bay (1) La route du whisky - chapitre 2 // Islay

Moins connue que ses grandes sœurs, la distillerie de Kilchoman est une des seules fermes-distilleries indépendante d’Ecosse à proposer un cycle de production complet, de la culture de l’orge à la maturation.

Bien qu’elle ait débuté son activité en 2005, il faut attendre 2009 pour déguster son premier whisky, après un vieillissement minimum de 3 ans. Aujourd’hui, la distillerie reste une petite production, avec 150.000 l de distillat par an consacré à 100% à la production de single malt. Le Machir Bay – produit d’appel de la marque – offre un whisky clair et sec, qui séduit par sa jeunesse et sa complexité.

Avis aux amateurs, voici un whisky surprenant qu’on ne retrouve pas (encore) partout et qui gagnera certainement à être redécouvert au fur et à mesure de sa maturation.

Vous aimerez également

Pas de commentaires

Poster un commentaire