[bsa_pro_ad_space id="5" attachment="scroll"][bsa_pro_ad_space id="3"]
#Breuvages #LaUne

Quand Ruinart fait rimer champagne et art

Chez les amateurs de champagne, la maison Ruinart est connue pour le caractère de ses bulles et leur saveur incomparable. Et si la vénérable maison française maîtrise à merveille l’art de faire tourner les têtes, elle s’intéresse aussi à l’Art en lui-même. 

Depuis sa naissance le 1er septembre 1729, en plein siècle des lumières, la Maison se pense en effet comme une mécène, et faire vivre l’art, le développer et l’exporter fut et reste encore aujourd’hui une mission très naturelle pour la doyenne des Maisons de champagne. Une mission qu’elle assure en faisant preuve d’audace et de modernité dans ses choix tout au long de son histoire.

Quand Ruinart fait rimer champagne et art

Ruinart x Mucha

Ainsi en 1896 déjà, elle n’avait pas hésité à faire appel à un jeune artiste Tchèque, Alphonse Mucha, installé dans son atelier du boulevard de Port-Royal, pour réaliser une « réclame » qui fera sensation et mettra en avant la qualité des cuvées Ruinart dans le monde entier. Une brillante idée, puisqu’avec Mucha, naîtra le mouvement Art Nouveau qui s’appuie sur l’esthétique des lignes courbes et sur les ornementations inspirées d’arbres ou de fleurs, et qui aujourd’hui encore passionne de nombreux collectionneurs.

Champagne de Chine

Et depuis, les liens entre Ruinart et l’art n’ont fait que se resserrer. La Maison de champagne entretient en effet des rapports étroits avec l’art contemporain, en multipliant les rencontres artistiques, en donnant « carte blanche » à des artistes de renom et en soutenant les plus grandes foires d’art à travers le monde. Le dernier en date : Liu Bolin, dont l’enivrante collaboration avec la Maison Ruinart sera dévoilée 19 au 22 avril dans le cadre de Art Brussels.

Quand Ruinart fait rimer champagne et art

Ruinart x Liu Bolin

À l’occasion de sa première visite en Champagne, Liu Bolin a passé plus de dix jours en résidence au sein de la Maison Ruinart, à Reims, révélant à travers trois images la trace du travail de l’homme. « J’ai été marqué par l’expertise déployée et l’utilisation des ressources naturelles à disposition dans la fabrication du champagne. Des vignes aux crayères, dont la température et l’hygrométrie sont idéales à l’élaboration des vins, les collaborateurs de Ruinart tirent parti de la nature sans la dévoyer. C’est leur travail que j’ai voulu mettre en avant dans cette série » explique l’artiste, célébré dans sa Chine natale pour ses créations engagées. Une collaboration pétillante à laquelle on ne manque pas de lever sa flûte.

Vous aimerez également

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restez au courant de l’actu de Saveurs