#Breuvages #LaUne

Oenologie et concours : Le revers de la médaille

Patagonia

Comme tout bon sport, l’oenologie a ses compétitions, ses champions et ses médailles. D’or ou d’argent, elles fleurissent les étals de nos supermarchés et attirent l’œil des badauds à la cherche de LA bouteille qui fera sensation lors des soupers mondains.

Fiers trophées ou attrape nigauds pour m’as-t-vu, que valent véritablement ces récompenses et comment les attribue-t-on ? Entre reconnaissance méritée et argument marketing, on vous en dit plus sur l’envers des foires vinicoles.

Dans tout concours digne de ce nom, le principe est le même. Un jury composé d’experts de différentes nationalités se prononce à l’aveugle sur la qualité des vins en compétition à partir d’une grille de critères bien précise. Une fois les précieux nectars passés au crible, les meilleurs sont primés. C’est le côté pile de la médaille. Celui du mérite, qui récompense les talents.

Oenologie 1 Oenologie et concours : Le revers de la médaille

Côté face, loin de l’esprit Pierre de Coubertin, les grandes foires internationales ne sont pas non plus des œuvres caritatives, ce qui fait aussi grincer les dents de ceux qui en dénoncent le business. Dès l’inscription, il faut en effet mettre la main à la poche, ce qui exclut d’emblée les plus petits et les plus fauchés. Même les heureux nominés, lorsqu’ils sont primés, doivent encore payer pour obtenir les précieux sésames à apposer sur les bouteilles.

Comment dès lors séparer le bon raisin de l’ivraie et différencier la compétition olympique du match truqué ? Voici trois conseils pour éviter pour reconnaître le vrai du toc.

1 – Différencier les concours. Parce qu’il y a concours et concours, il y a médaille et médaille. Pour (un peu) s’y retrouver, on retiendra que plus les experts en oenologie sont sélectionnés sur le carreau, plus les notes attribuées seront pertinentes et plus prestigieux sera le concours. Parmi les rendez-vous les plus célèbres en Europe, on compte entre autres les Vinalies internationales de Paris (FR), le Mondial de Bruxelles (BE), l’International Wine Challenge (UK), le Mundus Vini (GE) et Vinitaly (IT)

2 – Identifier à quel titre un vin est récompensé. Même dans les concours les plus sérieux, entre un quart et un tiers des vins sont primés. Reste à savoir dans quelle catégorie …

3 – Vu la logistique qu’ ils impliquent, les concours sont souvent peu propices à la découverte de petits producteurs hors des sentiers battus, qui ont souvent leurs propres canaux de distribution.

Oenologie 2 Oenologie et concours : Le revers de la médaille

Vous voilà prévenus. Enfin, on ne peut que trop chaudement vous recommander la bonne vieille méthode de l’oenologie, celle qui consiste à goûter, car le plus important reste quand même de déguster ce qui nous plait, hein Franky !

Vous aimerez également

Pas de commentaires

Poster un commentaire