#Chefs #LaUne

La Belgique, terre hostile pour les restaurants étoilés ?

claudio

C’est en tout cas ce qu’affirme Claudio Dell’Anno, le chef et propriétaire d’un  des restaurants étoilés knokkois, le Ciccio, qui a confié son amertume au quotidien Het Nieuwsblad en amont de la fermeture de son établissement en octobre.

Un témoignage en forme de chant de cygne, où Claudio Dell’Anno justifie sa volonté de partir à l’étranger. Ainsi qu’il l’explique, rester en Belgique, « cela n’est plus viable ».
En cause, « les frais de personnel, beaucoup trop coûteux, auxquels il faut ajouter le fait que dès que vous faites un bénéfice, l’Etat en prend la moitié. Je comprends que beaucoup de collègues propriétaires de restaurants étoilés connaissent des difficultés. Moi en tout cas, je m’en vais ».

restaurants étoilés knokke restaurants étoilés Claudio Dell'Anno La Belgique, terre hostile pour les restaurants étoilés ?

Quatre ans après avoir été révélé au grand public dans l’émission flamande « Mijn Restaurant », qu’il avait remportée, Claudio Dell’Anno avait reçu la consécration suprême en 2013 en voyant son établissement couronné d’une étoile au prestigieux guide Michelin.

Un établissement dont la cuisine italienne inventive et raffinée contrastait avec la façade, héritage peu charmant du bétonnage frénétique de notre littoral.
Ragoût de fusilli et de poulpe au chili et au broccolini, ravioli de langoustine servi dans un minestrone délicatement safrané, la carte ravissait les gourmands et les faisait voyager.
Claudio Dell’Anno, lui, a décidé de prendre un aller simple: « je savais quand j’ai repris le restaurant il y a cinq ans qu’il faudrait déménager à un moment. J’ai regardé autour de moi pour trouver un autre lieu, mais j’en suis arrivé à la conclusion qu’il n’est vraiment pas intéressant pour moi de rester en Belgique. L’étoile ne joue aucun rôle: quand je paie un de mes employés 1800 euros nets, il m’en coûte 4500! Les charges et les frais de personnel sont trop élevés ici, j’arrête et je vais voir ailleurs! »

Une décision qui ne manquera pas de laisser un goût amer aux inconditionnels du St-Tropez belge, qui n’auront désormais plus que quatre restaurants étoilés où se sustenter…

Vous aimerez également

Pas de commentaires

Poster un commentaire