#LaUne #tendances

Éloge culinaire de la monogamie : la tendance du monoproduit

monoproduit

Ils se prosternent désormais devant l’autel du monoproduit

Un bar à boulettes. Un salon de thé dédié aux éclairs. Une cantine vouée aux bagels. Un resto rapide où on ne déguste que des fish&chips. Des établissements dédiés au pistolet, au phò, au rouleaux de printemps. Après avoir longtemps papillonné, les gourmets se sont posés.
Et se prosternent désormais à l’autel du monoproduit.

Une tendance lancée depuis une dizaine d’années avec les cupcakes et les bars à sushi et qui a désormais envahi le paysage culinaire, du petit-déjeuner au dîner en passant par le dessert. Et plutôt qu’une tendance, il faut y distinguer une évolution du marché: dans la jungle des restaurants, il est devenu primordial de trouver un concept original pour se démarquer. Si on ajoute à cela l’obsession des consommateurs pour la quête du meilleur, une seule solution: l’hyper spécialisation. Et pour assurer le succès du concept, les restaurateurs soignent leur communication. Logique, quand on veut vendre un produit.

monoproduit monoproduit Éloge culinaire de la monogamie : la tendance du monoproduit
Photos léchées, slogans percutants: tout est bon pour attirer les dîneurs en quête de nouveauté.
Et qu’importe si ces mono-resto ne proposent comme seule nouveauté que de se consacrer entièrement à un mets déjà bien établi: le concept séduit. Et les gourmands en redemandent.

Et tant pis si resto monoproduit rime parfois avec inflation des prix – qu’importe l’addition pourvu qu’on ait le frisson de dîner dans un endroit branché.

Pour ceux qui voudraient tester le concept, on a rassemblé nos adresses préférées.

* Pistolet Original *

Dans cette cantine bruxelloise, c’est le pistolet, « ce merveilleux petit pain gonflé, fendu en son milieu à la mie moelleuse et la croûte croquante » qui est à l’honneur. L’occasion de découvrir que le nom de ce délice belgo-belge viendrait de son prix, une pistole, ancienne pièce de monnaie, et de le déguster accompagné d’américain cressonnette, de salade de tomates crevettes ou d’accompagnements plus recherchés, à l’image du club mayo truffe ou du pistolet toast saumon fumé. ( le site internet de Pistolet Original )

* Ballekes *

Certes, tout bon Belge le sait, les meilleures boulettes, c’est maman qui les fait. Mais pour ceux qui n’auraient pas la chance d’avoir une mère versée dans les arts culinaires, Ballekes est là. Promettant d’offrir aux gourmands une « expérience belge unique », ce resto fast-casual propose des boulettes sauce lapin, sauce tomate ou bleu d’Auvergne, accompagnées de frites aussi fraîches que la bière. ( leur site internet )

* Messieurs *

Cette cantine liégeoise met les croques à l’honneur dans un décor soigné qui a eu tôt fait de séduire les branchés. C’est ici que se retrouvent les jeunes Liégeois pour un lunch rapide et gourmand, avec des croques exotiques qui vont puiser leurs saveurs en Espagne ou en Inde mais aussi dans les recettes traditionnelles.
Le ketchup est à volonté et les croques du mois, à tester! (leur site internet )

monoproduit monoproduit Éloge culinaire de la monogamie : la tendance du monoproduit

* Knees to Chin *

Comme son nom ne l’indique pas, ce restaurant a choisi de se consacrer exclusivement aux rouleaux de printemps. Au boeuf, aux scampis, aux asperges, au saumon fumé… Le choix est étourdissant, le menu, alléchant, le tout dans un resto au charme rétro-chic et au haut potentiel #foodporn. Que demande le peuple?
( leur site internet )

Et en dessert…

* Aux merveilleux de Fred *

Certes, le merveilleux, ce n’est pas très diététique. Mais c’est gourmand, décadent, et tellement chic. De mini montagnes de bonheur sucré que Frédéric prépare dans sa pâtisserie qui leur est dédiée. Et où l’on vient goûter à de petites merveilles de gourmandises et d’esthétisme agrémentées de praliné, d’éclats d’amande ou de meringue cristallisée. ( le site internet )

Satisfaction culinaire garantie – attention toutefois à ne pas se lasser… Considérant cette tendance monoproduit, il y a de quoi.

Vous aimerez également

Pas de commentaires

Poster un commentaire