[bsa_pro_ad_space id="5" attachment="scroll"][bsa_pro_ad_space id="3"]
#LaUne #tendances

5 croyances alimentaires complètement fausses (et un peu dangereuses)

Quand il s’agit de passer à table, chacun y va de ses petites croyances perso, partagées avec délice, surtout quand il s’agit de conseils de régime. Mais pour se régaler sans se gâcher la santé, gare à ces 5 mythes. 

Mieux vaut éviter de manger après une certaine heure

Du grand n’importe quoi, selon les nutritionnistes : même si on parle souvent d’horloge interne, le corps n’a aucune idée de l’heure qu’il est en vrai. Ce qui compte, pour lui, ce sont les calories, autrement dit, ce qui fait grossir c’est ce qui est dans l’assiette, pas l’heure à laquelle on l’ingurgite. Pour perdre du poids, préférer de petites quantités à heures fixes plutôt que trois repas roboratifs.

Le gluten est mauvais pour la santé

Pour les personnes qui sont atteintes de maladies coeliaques, oui. Mais pour mes autres, non, que du contraire : des études américaines ont démontré que dire adieu au gluten sans y être intolérant pouvait en réalité augmenter les risques de maladie cardiaque.

Les édulcorants sont meilleurs que le sucre

Certes, le sucre n’est pas excellent pour le corps, mais gaffe à ce par quoi on le remplace : la plupart des édulcorants disponibles dans le commerce sont en effet des produits chimiques hautement transformés.

Manger de la graisse rend gras

Oui et non : la graisse est un élément indispensable à l’alimentation, mais il s’agit de distinguer celles qui sont bonnes ou mauvaises pour la santé. Dans l’assiette, on privilégie plutôt les graisses mono-insaturées contenues dans l’huile d’olive, les avocats, le poisson ou encore les noix.

Les légumes surgelés sont moins sains que les frais

Oui, les légumes frais contiennent plus de nutriments que ceux qui sont congelés, mais ils les perdent également plus rapidement au contact avec l’oxygène et la lumière.

Vous aimerez également

1 Commentaire

  • Reply
    Fred
    18 janvier 2018 at 22 h 45 min

    Ceci dit l’étude sur le gluten était assez bizarrement menée quand même. Un groupe test a reçu des repas « en aveugle » et ne sachant pas s’ils contenaient du gluten ou pas. La MAJORITE des repas contenant effectivement du gluten ont donné lieu à des inconvénients physiques et des réactions diverses, alors que les repas n’en contenant pas n’ont pas été pointés du doigt ou si peu. MAIS… après avoir publié l’étude, il a publié une AUTRE étude, une sorte de « suite », qui explique que comme il n’a pas trouvé de preuves physiques immédiates pour expliquer ça, alors il faut en conclure que l’intolérance non-coéliaque au gluten n’existe pas 😐 Je sais pas mais je trouve ça très peu clair…

  • Poster un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Restez au courant de l’actu de Saveurs